Institut pour l'Etude et la Conservation du Baobab

L’association INECOBA s’intéresse à développer et à promouvoir tous projets qui visent à étudier, protéger et sauvegarder les baobabs qui comptent déjà 6 espèces menacées inscrites sur la liste rouge l’IUCN parmi les 8 représentées dans le monde.

Toutes les actualités

Ca Nous Marque - Le Petit Prince sur France Info

 

L'émission Ca Nous Marque était consacrée le week-end du 30/10/2018 à la Saga LE PETIT PRINCE et son succès partout dans le monde.

Une émission multi-diffusée sur les ondes de France INFO :  et entendue par des Millions de Français samedi et dimanche.

Une émission à réécouter ici :

 

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/ca-nous-marque/ca-nous-marque-le-petit-prince-une-marque-declinee-a-partir-d-un-phenomene-litteraire_2999625.html

L’émission est accompagnée d’une retranscription en dur sur le site de France Info :

Un peu d'histoire

C'est un phénomène d'édition planétaire. Le Petit Prince publié en 1943 à New York par Antoine de Saint-Exupéry, en français et en anglais, a été édité en France à la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1946. Avec 360 traductions, c'est l'un des livres les plus traduits au monde. 14 millions de livres vendus en France, 200 millions dans toute la planète. Thomas Rivière, arrière-petit-neveu d'Antoine de Saint Exupéry est à la tête de la société qui gère les droits dérivés de l'œuvre de l'écrivain, depuis qu'elle fait partie désormais du domaine public. 

 

Les produits dérivés

Ils ont été développés en France à partir de 1993. Aujourd’hui, il y a en plus de 10 000. Le plus insolite d'entre eux, ce sont les graines de baobab qui servent à financer la recherche sur cet arbre. "La base de notre travail, souligne Thomas Rivière, c'est que nous devons protéger Le Petit Prince et ses valeurs. Donc, il nous faut des moyens pour tout cela. Nous revendons à de grandes marques ou à des fabricants que nous reconnaissons. Ils mettent le logo du Petit Prince sur leurs produits et ils nous reversent un pourcentage de leur chiffre d'affaires."

"Nous refusons de nombreuses propositions, poursuit l'arrière-petit-neveu de l'écrivain. Car les marques associées doivent porter nos valeurs".

 

Les produits dérivés du Petit Prince sont présents partout

Et ils marchent très bien en France, en Europe aussi, en Chine, où le livre n'était pas du tout connu il y a encore quatre ans, c'est le film qui a fait connaître le livre. Là-bas, la version officielle du conte s'est vendue à trois millions d'exemplaires en 18 mois.

En Turquie, il y a une quinzaine d’éditeurs du Petit Prince, en Allemagne, une vingtaine. En Corée du Sud, il y a 100 éditions du conte qui sont actuellement en cours de publication. On estime qu'entre quatre et cinq millions d'exemplaires sont vendus chaque année, Le Petit Prince appartient désormais aux lecteurs.

La disparition des plus gros et plus vieux baobabs d'Afrique, info ou intox ?

La disparition alarmiste de ces arbres emblématiques, annoncée par une publication dans Nature Plants, est-elle causée par le réchauffement climatique comme annoncé ? Selon les spécialistes, rien ne permet de l'affirmer à ce jour.

Baobab du Zimbabwe, où le plus vieux baobab, 2450 ans, est mort
Baobab du Zimbabwe, où le plus vieux baobab, 2450 ans, est mort © AFP / TUNS / ARCO IMAGES GMBH / DPA

Adrian Patrut est un chercheur roumain, spécialiste des baobabs. Il a notamment mis au point une méthode de datation par le carbone 14 et découvert l'âge quasi canonique de certains de ces arbres, en particulier en Afrique australe. La publication dans la revue Nature Plants recense les arbres les plus gros ou les plus vieux qu'il a vus en Afrique australe.

De cet inventaire réalisé sur 12 ans, il a tiré une statistique : 9 sur 13 des plus vieux arbres, et 5 sur 6 des plus gros sont morts ou partiellement morts. Le scientifique prend soin de dire que les causes de cette mortalité restent floues, tout en mentionnant le réchauffement climatique (étude de François Engelbrecht parue en 2015) comme piste à creuser. Piste qui a été mise en avant dans les compte-rendus.

 

Des arbres presque immortels

Avec sa méthode de datation au carbone 14, le scientifique a isolé des spécimens ayant entre 700 et 2.500 ans, sachant qu'un baobab n'a pas un seul âge ! C'est d'ailleurs un point important mentionné dans l'article : les arbres de l'Afrique Australe sont composés de plusieurs tiges-troncs. Ce bouquet de tige a des âges différent, même si d'un point de vue génétique, il s'agit d'un unique et même individu. En dépit de la mort de certaines tiges, certains arbres survivent. Ce processus de croissance leur donne une forme de résilience, voire d'immortalité.

Si le réchauffement climatique nuit au couvert végétal en général, le lien de causalité avec la mort des baobabs n'est pas formellement établi.

Le réchauffement planétaire touche par exemple Madagascar et le Sénégal, deux pays où poussent des baobabs et où ils sont étudiés par des chercheurs. Or leur disparition, dans ces deux pays, est plus une conséquence de l'impact de l'homme (coupe des arbres pour récupérer des terres agricoles ou des terres à construire) que de l'élévation des températures. À Madagascar où en cas de déforestation, ils étaient épargnés dans le passé (laissant des paysages nus parsemés de ces arbres emblématiques), désormais la taille ne fait pas de quartier, et il arrive qu'on sacrifie aussi ces grands arbres.

 

Manque de pluie... et éléphants

Le baobab, qui n'a pas de racines très profondes, a la capacité de stocker l'eau quand elle tombe et de l'utiliser ensuite pour compenser d'éventuelles périodes de stress hydrique. La corrélation entre baisse pluviométrique sur des décennies et mortalité de ces arbres est une piste qu'il faudrait creuser pour avoir la certitude qu'en Afrique australe, cela conduit à leur mort.

Par ailleurs, note Pascal Danthu, chercheur au CIRAD et spécialiste des baobabs, il aurait été pertinent de porter un regard historique sur la mortalité des arbres, dans la mesure où ils sont plus ou moins étudiés depuis un siècle (par exemple dans les travaux de G.E. Wickens). D'autres causes ont d'ailleurs été étudiées, comme le rôle des éléphants.

 

Article original : France Inter par Sophie Bécherel

 

Nos prochains salons/exposition en 2018 - Mise à jour le 19/08/2018

Vous trouverez ci-dessous la liste des salons, expositions où nous serons présents. Merci de revenir régulièrement pour connaître les nouvelles dates :

- EDENIA - Samedi 24 et dimanche 25 mars 2018 de 10h00 à 18h00 - Cergy Pontoise (95) - Entrée payante

- Centre Horticole de Montreuil - Samedi 05 mai 2018 de 10h00 à 18h00 - Montreuil (93) - Entrée gratuite

- Fête de la Fleur et des Jardiniers - Mardi 08 mai 2018 de 10h00 à 19h00 - Aux Marais (60) - Entrée gratuite

- Fête des plantes - Jeudi 10 mai 2018 de 09h00 à18h00 - Cugny La Genevraye (77) - Entrée gratuite

- Portes ouvertes à la Ferme pédagogique et aux espaces verts de Rosny-sous-Bois - Samedi 15 septembre et dimanche 16 septembre de 09h30 à 18h00 - 24/26 rue Jules Guesde 93110 Rosny-sous-Bois - Entrée gratuite

- 37e salon départemental du jardinage - vendredi 29 au dimanche 30 septembre de 10h00 à 19h00 - Parc Montreau (93) - Entrée gratuite

Affiche Salon   39057695 1814481698633715 9091418585548455936 n

  EDENIA 2018     montreuil

tsBCiFsM     1804 fete fleurs jardiniers

 

Nos prochains salons/exposition en 2017

Vous trouverez ci-dessous la liste des salons, expositions où nous serons présents. Merci de revenir régulièrement pour connaître les nouvelles dates :

- Lundi 08 mai 2017 - Fête de la fleur et des jardiniers Aux-Marais (60000) - 10h00-18h00

- Samedi 13 mai 2017 - Portes ouvertes des serres municipales de Montreuil (93100)

- Samedi 20 mai 2017 - Salle Dumont à Aulnay-sous-Bois - 17h00-21h00

- Jeudi 25 mai 2017 - Fête des plantes à Cugny La Genevraye (77690) - 09h00-18h00

- Samedi 10 juin 2017 - Château d'Arnouville (95400) - 10h00-20h00

- Samedi 16 et dimanche 17 septembre 2017 - Portes ouvertes de la Ferme pédagogique de Rosny-sous-Bois (93111) - 09h30-18h00

- Vendredi 29, samedi 30 septembre  et dimanche 01 octobre 2017 - Salon départemental du Jardinage - Montfermeil - 10h00 -19h00 (sauf 18h00 le dimanche)   

- Samedi 07 et 08 octobre 2017 de 10h00 à 18h00 - Exposition Gardenia - Institut polytechnique Unilasalle Beauvai

- Samedi 09 décembre 2017 de 10h00 à 20h00 - Château d'Arnouville

Affiche Marché de Noel 2017.pub 1  GARDENIA Affiche 2017

Rosny   ENVIRO SALON DU JARDINAGE A3

17554408 774732256036973 3901649054951951352 n    17546842 1871342399798299 6502245066963456071 o

Affiche RDV aux jardins 2017 A4 1

 

Nouvel article en collaboration avec l'association INECOBA : African Baobabs with a Very Large Number of Stems and False Stems: Radiocarbon Investigation of the Baobab of Warang (Sénégal)

baobab warangEn 2011, l'association INECOBA avait coordonné et accompagné le chercheur Adrian Patrut lors d'une mission de 15 jours au Sénégal intitulé "" afin de dater les plus vieux baobabs du Sénégal.

Les résultats scientifiques seront présentés dans le revue scientique en Open Acces, Studia Chemia :

AFRICAN BAOBABS WITH A VERY LARGE NUMBER  OF STEMS AND FALSE STEMS: RADIOCARBON
INVESTIGATION OF THE BAOBAB OF WARANG

ADRIAN PATRUTa,*, SÉBASTIEN GARNAUDb, OUMAR KAc, ROXANA T. PATRUTd, TOMAS DIAGNEe, DANIEL A. LOWYf,  EDIT FORIZSa, JENŐ BODISa, KARL F. VON REDENg

 

a Babeş-Bolyai University, Faculty of Chemistry and Chemical Engineering, 11 Arany Janos, RO-400028, Cluj-Napoca, Romania
b INECOBA, 8 Charles Vaillant, 93600 Aulnay-sous-Bois, France
c Faculty of Sciences and Techniques, Cheikh Anta Diop University, Dakar, Senegal
d Babeş-Bolyai University, Faculty of Biology and Geology, 44 Gheorghe Bilascu, RO-400015, Cluj-Napoca, Romania
e African Chelonian Institute, P.O.Box 449, 33022 Ngaparou, Mbour, Senegal
f Nova University, 5000 Dawes Ave., Alexandria, VA 22311, U.S.A.
g NOSAMS Facility, Dept. of Geology & Geophysics, Woods Hole Oceanographic Institution, Woods Hole, MA 02543, U.S.A.
* Corresponding author: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

The article presents the AMS (accelerator mass spectrometry) radiocarbon dating results of the baobab of Warang, Senegal. The investigation of the baobab revealed that it consists of 18 partially fused stems, which represents the largest number of stems reported for an African baobab. Three stems build the ring that closes a false cavity, while 15 stems grow outside the ring. Seven wood samples were collected from the false cavity and from the outer part of other stems. The dating results evinced that the stems belong to four different generations, out of which the first generation is around 500 years old. We also documented the presence of false stems, which emerge from a large adjacent stem, are triangular in horizontal section and act as an anchor. The baobab of Warang possesses 12 ordinary stems and 6 false stems.

Keywords: AMS radiocarbon dating, Adansonia digitata, tropical trees, multiple stems, age determination, inner cavity.

 

STUDIA UBB CHEMIA, LXII, 1, 2017 (p. 111-120) (RECOMMENDED CITATION)
DOI:10.24193/subbchem.2017.1.09

Pour télécharger cet article : cliquer ici

INECOBA sera présente à la 14th International Conference on Accelerator Mass Spectrometry

logo 410745794En 2011, l'association INECOBA avait coordonné et accompagné le chercheur Adrian Patrut lors d'une mission de 15 jours au Sénégal intitulé "" afin de dater les plus vieux baobabs du Sénégal.

Les résultats scientifiques seront présentés à l'occasion de la 14th International Conference on Accelerator Mass  Spectrometry qui se tiendra du 14-18 août 2017 à l'Université d'Ottawa.

Un poster reprenant l'ensemble des résultats sera présenté sous le titre :

 

AMS radiocarbon dating of the largest and oldest African baobabs of Senegal

Adrian Patrut1, Roxana Patrut2, Stephan Woodborne3, Karl von Reden4, Oumar Ka5, Sébastien Garnaud6, Daniel Lowy7

1 Babeş-Bolyai University, Faculty of Chemistry, Cluj-Napoca, Romania.
2Babeş-Bolyai University, Faculty of Biology and Geology, Cluj-Napoca, Romania.
3 iThemba LABS, Private Bag 11, WITS 2050, South Africa.
4NOSAMS Facility, Dept. of Geology & Geophysics, Woods Hole Oceanographic Institution,
Woods Hole, MA 02543, U.S.A.
5 Faculty of Sciences and Techniques, Cheikh Anta Diop University, Dakar, Senegal.
6INECOBA, Aulnay-sous-Bois, France.
7Nova University, Alexandria Campus, Alexandria, VA 22311-509, U.S.A.

The scientific name Adansonia digitata honours Michel Adanson, who documented and described the African baobab in its native habitat after his voyage to Senegal (1749-1754). Even if Senegal hosts more baobab specimens than all countries from southern Africa combined, the number of significant investigations and surveys of Senegalese baobabs was scarce over the past 50 years.

The aim of our investigations by AMS radiocarbon was to determine the architecture and age of the largest and potentially oldest Senegalese baobabs.

Senegal hosts 6 very large baobabs with girth values over 23 m, i.e., the baobab of Warang (28.69 m), of Lalam, called “Ngokole” (28.10 m), of Sinthiou-Keita (27.10 m), of Diyabougou/Samba Dia (26.31 m), of Nianing (24.76 m) and of Iwol (23.52 m). Our investigation has revealed that they are all multi-stemmed, with up to 14 (Ngokole) and even 16 stems (Warang). Some of them exhibit closed ring-shaped structures, with one ring and one false cavity (Diyabougou, Warang) and even 3 rings and 3 false cavities (Nianing). The large Senegalese baobabs have often false stems, which emerge from another adjacent stem, and act as anchor in sandy soils. The false stems have a peculiar aspect, have a triangular or trapezoidal horizontal section and may reach lengths up to 5 m. Their oldest age can be found toward the upper contact area with the larger adjacent stem. According to radiocarbon dates, the 6 large baobabs exhibit ages between 400-700 yr.

The oldest baobab of Senegal and of the Northern Hemisphere is the historic “Gouye Ndiouly” of Kahone, the old capital of the Saloum kingdom. The baobab toppled ca. 200 yr ago and only one old stem survived, from which 7 new stems emerged. The oldest dated sample had a radiocarbon date of 833±25 BP. This value suggests an age of 1000 yr in the missing pith.

The research was funded by the Romanian Ministry of National Education CNCS-UEFISCDI.

 

Topic: Applications of C-14