Institut pour l'Etude et la Conservation du Baobab

L’association INECOBA s’intéresse à développer et à promouvoir tous projets qui visent à étudier, protéger et sauvegarder les baobabs qui comptent déjà 6 espèces menacées inscrites sur la liste rouge l’IUCN parmi les 8 représentées dans le monde.

Toutes les actualités

La filière Baobab cherche à évoluer

Le fruit du baobab est utilisé par les populations africaines depuis des géné­rations. Il se présente actuellement comme une importante source de revenus.

Morombe figure parmi les localités de prédilection des baobabs à Madagascar, mais « où leurs exploitations sont aussi peu connues », comme en a témoigné hier Marie Jeanne Rabarintsoa. Cette dernière œuvre en tant que gérante de l’entreprise Miconfi, spécialisée dans la transformation agro-alimentaire, notamment des fruits tropicaux de cette zone. Le problème de financement, l’absence d’équipements appropriés pour certaines opérations difficiles, ou encore l’ignorance des bonnes pratiques de fabrication constituent un frein pour la valorisation de cette filière.
Car comme l’indique « le guide technique destiné aux transformateurs locaux », édité par le centre de Coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), « Le problème majeur souligné au cours de la transformation du fruit reste lié à la conservation des qualités nutritionnelles jusqu’au produit fini. Par ailleurs, l’ensemble du procédé de transformation demande à être mieux maîtrisé, pour parvenir à stabiliser et à mieux conserver les produits intermédiaires (poudre de baobab) et transformés (nectar, sirop) ».

Source de revenus
Mais bien que cet arbre ne fait pas encore l’objet d’une importante transaction commerciale, il se présente cependant comme source de revenus pour la population. En effet, les femmes membres de l’EFOI (Entreprendre au féminin, océan Indien) de Toliara se sont vues dispenser une formation initiée par le centre d’Information technique et économique (CITE) d’Ambatonakanga sur sa transformation, dernièrement.
Et suite aux appuis des ingénieurs agro-alimentaires, les perspectives de cette filière à Morombe sont actuellement prometteuses. De petites entreprises comme Miconfi travaillent, de manière artisanale, la pulpe de Baobab comme matière principale pour la production de confiture, d’huile, de jus. « Nous projetons de produire du yaourt très prochainement », nous a confié Marie Jeanne Raba­rintsoa.
Mais faute de moyen, ces petites entreprises ne peuvent que se contenter d’un faible rendement sur la production, principalement destinée pour le marché national, voire régional. De plus, « des investisseurs étrangers accaparent les ressources mais aussi le marché en ce moment, et nous ne saurions être compétitives de ce fait », s’est-elle plainte.
Pourtant, « le produit intéresse l’industrie cosmétique. Sur les rives du Mangoky, l’équipe du Cirad a prélevé des échantillons pour les laboratoires de la marque Yves Rocher, qui a participé aux frais de la mission. L’entreprise n’est pas la seule à s’intéresser aux fruits, aux feuilles et aux graines du géant des forêts, qui pourrait bien devenir une vedette des rayons beauté », nous a rapporté l’Express France dans un article publié en 2010.

Rado Andriamampandry

Article original : L'express de Madagascar

Diplôme Interuniversitaire "Phytothérapie, aromathérapie : Données actuelles, limites" - Le baobab, une pharmacie à lui tout seul

L'association INECOBA a accompagné Mme Rogui GUEYE, étudiante de l'Université de Paris-Descartes et Paris Sud dans le cadre de son diplôme interuniversitaire "Phytothérapie, aromathérapie : Données actuelles, limites" intitulé :

Le baobab, une pharmacie à lui tout seul

Nous lui avons fourni la bibliographie et les contacts afin qu'elle puisse présenter son mémoire fin juillet 2016.

Mémoire final Rougui

 

Table des matières

I INTRODUCTION.. 3

II MONOGRAPHIE DE LA PLANTE BAOBAB ADANSONIA DIGITATA L.4

1/ Monographie 4

2/ Cycle de végétation 4

3/ Les données toxicologiques 4

III COMPARATIF DES DIFFERENTES ESPECES DE BAOBAB.. 5

IV DESCRIPTIF DES DIFFÉRENTES PARITES DU FRUIT.. 6

1/ Composition6

V STRUCTURES DE CERTAINS COMPOSES ISOLES DE L’ADANSONIA DIGITATA L.7

VI   PROPRIETES DE LA PULPE DE L’ADANSONIA DIGITATA L.8

VI  PROPRIETES DE LA GRAINE DE L’ADANSONIA DIGITATA L.8

VIII PROPRIETES DE LA FEUILLE DE L’ADANSONIA DIGITATA L.8

IX CONSEILS ET PRISE EN CHARGE EN PHARMACIE.. 9

X LES COMPLEMENTS ALIMENTAIRES A BASE DE PULPE DE BAOBAB.. 10

1/ Poudre10

2/ Gélules10

3/ Les huiles10

4/ Barres protéïnés et boisson10

XI CONCLUSION.. 11

BIBLIOGRAPHIE.. 12

Les cahiers d’activités de l'association EFBA (Éducation Française de la Bay Area)

L'association INECOBA fournit régulièrement des photos pour illustrer certains manuels, livres comme pour ou encore un ouvrage sur les chants wolofs du Sénégal (Les éditions de la cité de la musique).

Une nouvelle photo figure cette fois-ci dans les cahiers d'activés de l'association EFBA (Éducation Française de la Bay Area), publications numérique de la deuxième édition de VIRGULE. La collection VIRGULE a vocation à être diffusée en Open Source, c’est-à-dire gratuitement à l’ensemble du réseau d'associations FLAM et aux familles isolées via une licence Creative Commons. Cette collection peut être consultée et téléchargée gratuitement sur le site de l'association EFBA ou sur le portail d’accueil de la bibliothèque numérique du Centre de la francophonie des Amériques.

Cliquer sur les images ci-dessous pour télécharger gratuitement ce cahier d'activités

GF2 C1 USLetter Page 1  GF2 C1 USLetter Page 2

 

Vous reprendrez bien un peu de baobab ?

Un biscuit au... baobab ! C'est la dernière trouvaille de Gayelord Hauser, spécialiste de la diététique. Au-delà de l'effet de surprise - un bon vieux truc de marketing -, le baobab s'affirme comme « le » super-aliment à la mode. Adansonia pour les scientifiques et « arbre à palabres » pour les Africains, ce monument végétal qui peut vivre jusqu'à 2 000 ans produit un fruit dont la pulpe blanche (le « pain de singe ») est réputée pour ses vertus. Prébiotique grâce à ses fibres, elle contient trois fois plus de calcium que le lait, six fois plus de potassium que la banane, trois fois plus de vitamine C que le kiwi, dix fois plus d'antioxydants que l'orange, du fer, du phosphore... Vendue en poudre, la pulpe au goût acidulé - entre citron et pamplemousse - se mélange aux yaourts, aux sauces ou aux smoothies.

Article orignal publié par Claude Vincent / Rédacteur en chef adjoint Les Echos Week-End

 
Vous pouvez acheter de la pulpe de baobab sur La Boutique du Baobab :  cliquer ici

Vidéo : Semis de baobab Adansonia digitata - Plantes d'intérieur

 

Les 17 et 18 avril 2016, l'association INECOBA était présente dans les serres communautaires de Seine-Denis à l'occasion de leur portes ouvertes pendant la Fête de la Tulipe.

Sur place, nous avons rencontré l'association ART le Pouvoir des Plantes qui avait réalisé en début d'année des semis de graines de baobab. Ils ont profité de notre présence pour nous demander des conseils de semis et culture de baobab suite à leur première expérience. Nous présentons également l'association INECOBA. Nous vous invitons à découvrir cette vidéo ci-dessous :

L'interview du président de l'association, Sébastien Garnaud, débute à la 12ème minute. Nous vous invitons également à vous abonner à leur chaîne Youtube et découvrir toutes les vidéos de conseil de jardinage mises en ligne.
 

Merci à l'équipe d'ART : Armelle, Thierry, Rémy,....

 

La poudre de pulpe de fruit du Baobab : un trésor nutritionnel sacré

 

Le fruit du baobab, encore appelé pain de singe dans son utilisation traditionnelle, est une capsule oblongue-ovoïde de 10 cm de diamètre et de 20 cm de long. Il renferme une pulpe blanche et farineuse, appelée endocarpe, contenant plusieurs centaines de graines. Cette pulpe, fraîche ou sèche, mélangée à de l’eau donne une boisson rafraîchissante nommée bouye ou jus de bouye. La pulpe de ce baobab d’Afrique a obtenu l’agrément nouvel aliment (Novel food) en 2008 au sein de la communauté européenne et l’Afssa a émis un avis favorable le 20 septembre 2007 sur l’emploi de la pulpe déshydratée en tant qu’ingrédient (Afssa – Saisine n° 2007-SA-0241). L’agence de sécurité sanitaire indique que « L’usage traditionnel médical de la pulpe est répandu en Afrique, en particulier comme matière première à consistance de mucilage pour nettoyer les plaies. Elle est également utilisée comme antidysentérique, du fait de sa richesse en pectines. La pulpe est par ailleurs utilisée dans l’alimentation en Afrique, où elle est appréciée pour sa consistance farineuse et son goût légèrement acidulé. La pulpe des fruits de baobab est utilisée fraîche ou séchée dans la fabrication de boissons ou comme ingrédient alimentaire par de nombreuses populations d’Afrique de l’Ouest et du Sud.»

Quelle est la composition de cette pulpe de fruit de baobab ?

Cette pulpe possède une densité calorique relativement basse mais surtout recèle bien des trésors nutritionnels puisqu’elle regorge de fibres, solubles et insolubles, de vitamines C, A, B1, B2 et de minéraux essentiels comme le calcium, le potassium, le fer et le manganèse.

Elle est naturellement riche en :

● Vitamine C (elle en contient 3 fois plus que le kiwi !), reconnue pour son fort pouvoir antioxydant et ses multiples fonctions au sein de l’organisme (système immunitaire, synthèse du collagène, amélioration de l’absorption du fer alimentaire…)
● Calcium (elle en contient 2 fois plus que le lait !), qui intervient également de diverses façons dans l’équilibre des fonctions (ossature, dentition, coagulation sanguine, contraction musculaire, conduction nerveuse…)
● Potassium (elle en contient 6 fois plus que la banane !), nécessaire au bon maintien de l’équilibre sodium/potassium et donc de la tension artérielle.
● Manganèse qui joue un rôle antioxydant important.
● Fibres solubles et insolubles qui permettent un rééquilibrage de la flore intestinale, et le retour à un fonctionnement optimal du transit.

Elle est également une bonne source de :

● Fer qui joue un rôle essentiel dans le transport de l’oxygène et la formation des globules rouges.
● Vitamine A qui assure une bonne vision et favorise la croissance osseuse.
● Phosphore qui est un des composants des membranes cellulaires et permet l’équilibre phosphocalcique de l’organisme.
Par chromatographie, on remarque aussi la présence de Bêta-sitostérol, un composé de la famille des phytostérols qui dans l’intestin, entre en compétition avec le cholestérol et diminue son passage dans le sang. Le cholestérol est alors éliminé dans les selles et son taux sanguin diminue.

Pourquoi et pour qui la conseiller ?

Pour la forme et l’énergie
De par sa richesse en nutriments, elle constitue à elle seule un excellent complément pour la remise en forme en ce début de printemps. Elle est particulièrement recommandée à tous vos clients désirant retrouver et/ou conserver naturellement une bonne vitalité : les séniors, les enfants en pleine croissance, les étudiants, les actifs qui traversent des épisodes de stress ou de fatigue passagère, ou tout simplement pour éviter le coup de barre de 10h …
Pour rééquilibrer le transit intestinal
Sa forte teneur en fibres, solubles et insolubles, permet de réguler le confort et le transit intestinal. Traditionnellement cette pulpe fraîche est utilisée comme anti diarrhéique.

* Apports Journaliers Recommandés pour un adulte


Comment la conseiller ?

Cette fine poudre acidulée de couleur blanc crème peut être recommandée sous forme de gélules, de comprimés ou directement de poudre à diluer dans de l’eau, du jus de fruits frais, des smoothies maison, des boissons végétales ou à ajouter aux yaourts, compotes, tartes et gâteaux.
Pour les enfants et les adolescents, basez-vous sur 1 cuillère à café par jour et pour les adultes, vous pouvez recommander de 2 à 4 cuillères, soit environ 5 à 10 grammes par jour en plusieurs prises.



Contre-indications et effets secondaires

Même si l’utilisation de la poudre de pulpe de baobab est sûre et ne présente pas de risques toxicologiques, il semble toutefois qu’un effet laxatif se manifeste en cas de consommation excessive, et un inconfort digestif est relevé pour une consommation de pulpe supérieure à 20 g/j.

Nour A.A. (1980). Chemical composition of baobab fruit (Adansonia digitata L.). Trop.Sci 22:383-8.

Article original publié : www.biolineaires.com